samedi 27 avril 2013

Le printemps à ma fenêtre, enfin !

Point de montagne comme chez Filo, ni de cour comme chez Alphonsine, ni de ficus comme chez Ginger, ni de bonzaï ou noyer comme chez les Zèbres à pois ni de haies à la Ingalls comme chez la Becasse... Un simple rebord de fenêtre sur cour et en ville, quelques bulbes plantés cet automne, le reste de mes plantations des années passées. Une petite touche de couleur et de jardin, sans en avoir un. Moi aussi j'ai le droit de profiter du printemps, non mais !

11 commentaires:

  1. L'essentiel, c'est de voir arriver le printemps !

    RépondreSupprimer
  2. wahou!!! Je m'incline petit bonheur, j'aimerais savoir embellir mon balcon comme toi (moi il y a un très beau cendrier!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez nous, la mairie redistribue gratuitement les bulbes utilisés dans les parterres municipaux aux habitants. Chaque année je vais récupérer mon petit sac et je plante. C'est pas cher et ça peut rapporter gros !
      Pas de cendrier, je ne fume pas...Encore que je peux fumer mes herbes. Depuis que j'ai appris que les allemands fumaient les hortensias au lieu du shit, tout est possible.

      Supprimer
    2. Je trouve ce principe génial, je vais en parler à ma mairie!

      Supprimer
  3. Canon :-)
    Plantés à l'automne...
    Tout vient à point à qui sait attendre...
    Ta play list est prête ?? Youhouhou !!! Freedom :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarde en haut à droite, a y est !
      I've been looking for freedom, i've been looking so long ! (merci David Hasselhof pour ce tube planétaire.
      Je cherche autre chose pour demain, mais techniquement parlant, ça avance bien !

      Supprimer
  4. Un petit un au compteur a droite: youhou c'est moi, la lectrice de quatre heure du mat!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi ? Nan ! Comme si t'étais de l'autre côté de l'Atlantique...

      Supprimer
  5. Très belles photos qui me ravissent : il pleut à seaux ici, aujourd'hui, et nous avons fait du feu dans le poêle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de seaux d'eau ni de vaches qui pissent (nous utilisons régulièrement cette ravissante expression pour qualifier les cordes dont nous afflige le ciel). Pas de feu non plus car pas de poêle. Qu'on se rassure, le chauffage est allumé. Tout va bien. On est le 30 avril...

      Supprimer

Vos commentaires sont les bienvenus ! Ils permettent de partager encore plus et de nous enrichir mutuellement, alors n'hésitez pas !