mercredi 24 avril 2013

Une journée pour soi


Ou comment répondre au courrier des lecteurs (des lectrices en l'occurence)(merci Aramis pour ta question qui nous concerne toutes).

Ah, cette journée pour soi, on en rêve, on en rêve, on l'idéalise...

Enfin seule sans enfants, on va pouvoir se bichonner, faire ce dont on a vraiment envie, voire vraiment besoin. YOUPI !!!! On échafaude des tas de projets, des tas de trucs qu'on va enfin pouvoir faire sans être interrompue toutes les 30 secondes. LE dej avec la copine, LA course qu'on voulait absolument faire, LE coup de fil qu'on voulait passer, LA balade, LA visite, LE temps pour soi... LE PIED ! 
C'est certain, elle va être top cette journée ! 
La wish list est pleine. On va pouvoir commencer... 
YES!!!!



Quand on est maman et a fortiori quand on ne travaille pas, cette journée peut prendre une dimension fantasmagorique.
Et comme tout bon fantasme qui se respecte, nous sommes invariablement déçues par la tournure que prennent les choses dans la réalité.

Comment éviter ce dur retour à la réalité ?

Parce que moi aussi ça m'arrive d'être finalement déçue, désappointée par ce que j'ai fait de cette journée.
Alors voici ma méthode à moi que j'aime pour ne pas être déçue (comme tout ce qui est proposé dans ce blog, c'est le fruit de mes réflexions, expériences, adapté à ma réalité. Rien d'universel en somme).

1. Regarder ma wish list et identifier les 2/3 choses les plus importantes pour moi.
2. Me poser 30 secondes (si possible un peu avant le jour J) pour me demander ce dont j'ai vraiment besoin. Max 2 réponses possibles
3. Prendre encore 30 secondes pour voir parmi ces deux réponses, qu'elle est celle qui me semble LA plus importante
4. Choisir de ne faire que celle-là
5. Me dire que la journée sera réussie si cet objectif est rempli (et seulement cet objectif) (toujours la théorie des petits pas)
6. Le jour J, me tenir à ce que j'ai choisi et le faire
7. S'il me reste du temps le jour J, je peux attaquer les priorités suivantes dans l'ordre que j'ai décidé initialement.

Bilan : J'ai respecté mon contrat avec moi-même et je suis satisfaite !
Comme toujours pour moi, je me fixe des petits objectifs que je suis certaine d'atteindre. C'est presque impossible d'être déçue. Dans ma ford intérieure, je me dis "chouette, ça c'est fait" et pas "et M... il me reste tout ça à faire !". et puis c'est reposant de ne pas avoir à réfléchir à tout ça le jour J. On met l'organisation en pilote automatique et on profite !
En  bonus, puisque je me suis obligée à hiérarchiser ce que je devais faire, j'arrive finalement à remplir bien plus d'objectifs que prévu (parce que je suis psychorigide mais je me soigne et si une opportunité se présente pour le jour J, je peux re-choisir de faire différemment)

Et vous ? Vous faites comment pour organiser cette journée magique ?

15 commentaires:

  1. Merci merci merci...
    Bon mercredi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie ! Bon mercredi à toi aussi ;-) (c'est un peu l'inverse de la journée pour soi...)

      Supprimer
  2. he ça tombe bien aujourd'hui c'est ma journée de vacances!!! pas d'enfants à la maison et pas de conduites car nous sommes en vacances!!!
    et c'est fou mais je suis contente de pouvoir faire du ménage et du repassage sans avoir les loulous dans les pattes!!!
    et puis si j'ai le temps je ferai un peu de couture..
    en fait je n'ai rien programmé comme ça je ne suis pas déçue et j'ai vraiment du temps devant moi!!
    pas de rdv médicaux qu'on ne peut pas prdre qd les enfants sont là... tant pis je trouverai un autre jour pour aller faire les contrôles de routine;)
    aujourd'hui c'est repos!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne rien programmer ça marche aussi ! Et effectivement on est jamais décu ! Tout ce qui est fait est en bonus ! Mais quelle idée géniaaale ! J'applique aussi à la maison.

      Supprimer
  3. Moi je n'ai jamais de journée pour moi. Je n'ai jamais eu de garderie, quelques matinées d'enfants à l'école pendant quelques mois avant qu'ils ne décident de tous rester à la maison. J'ai fait les courses avec eux, le ménage, les rangements.... et j'ai appris à me ménager un tout petit temps dans ma journée. Ca marche aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant, je n'ai que des garderies de demi-journées (2 par semaines), donc 2 demi-journées vraiment sans enfants, et les petits objectifs fonctionnent tout aussi bien sur un temps plus limité, heureusement ! Je me réserve aussi un petit temps de sieste rien que pour moi (défense absolue de m'approcher sinon je mords)
      J'admire ta capacité à faire le ménage avec eux, l'une de mes demi-journées est réservée à ça. Sinon ma Paupiette marche partout, plonge dans le seau d'eau et me remet encore plus de bazar 2 secondes après (quand elle ne joue pas avec le variateur de puissance de l'aspirateur...)

      Supprimer
    2. Tu sais, quand on n'a pas le choix, on apprend à faire autrement ! Mes aînés sont nés en Allemagne. L'idée de garderie n'existe même pas. Mais du coup, il y avait plein de groupes de mamans qui organisaient des trucs vraiment sympa pour les petits. Je me suis fait des connaissances...
      Et pour les courses, je prenais deux caddies : un pour les enfants et un autre pour les courses. Ils avaient ensuite le droit de choisir "leur" yaourt. C'était un privilège bien petit : j'en achetais de toutes les manières, simplement ils avaient le choix du parfum (en Allemagne ils se vendent à l'unité).

      Et pour la serpillière, je la passais pendant les siestes pour éviter les débordements intempestifs.

      Supprimer
  4. C'est vrai, les contraintes suscitent la créativité ! Pour les courses, j'opère un peu de la même manière.
    Mais le ménage...J'aime tellement pas ça que l'idée de devoir scinder en plusieurs parties pour m'adapter aux siestes ça me démoralise à l'avance. Je préfère me bloquer une bonne fois pour toutes.

    RépondreSupprimer
  5. Ou alors, ne fais pas le ménage du tout!;)
    Pendant longtemps j'ai fait comme Alphonsine, la serpillière pendant la sieste, le reste au petit bonheur ;) (eh oui) Pas de garderie non plus "vous en travaillez pas, pas de garderie pas de cantine, rien, non mais ho, vous avez toute la journée pour vous occuper de vos gosses, zallez pas encombrer la place de celles qui travaillent, ELLES" oui oui , follement attrayant d'être mère au foyer dans les années 80......
    Et maintenant j'ai toutes mes journée rien qu'à moi (toujours à ne rien faire d'après le monde) et quelquefois j'ai un gros coup de cafard.....c'est bien vide et bien silencieux chez moi :(

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Ici pas de journees off depuis la naissance de ma grande, alors j attend le jour ou ptit Hibou rentrera à l ecole, j'aurai mes matinées, pour commencer ca sera royal ! 3h devant moi ! ca sera juste totalement fou ! et je suis sure que les premiers jours je ne saurai pas quoi faire de moi, tellement je ne sais plus faire autrement qu'avec enfant ...
      Vivement l'ecole :p

      Supprimer
    2. @Filo : Je savoure donc ma chance d'être en congé parental dans les années 2000 !
      Je vais tester la maison déserte la semaine prochaine (sans mari ni enfants, un truc de dingue !). Je pense que je serai contente de les retrouver au bout d'une semaine...
      @ B... : C'est vrai que l'entrée à l'école du dernier ça fait bizarre...On se sent inutile et totalement démunie (plus de petit aide joviale pour aller faire le marché, plus personne pour aider à ranger (ou pas) les courses, plus de câlins impromptus comme des petits chats. C'est généralement le moment que je choisis pour reprendre le boulot.

      Supprimer
  6. Ces journées off, je les aime et j'en ai besoin. Le seul impératif que je me fixe est de me lever pas trop tard quand même parce que sinon à la fin de la journée je me surprend à regretter de ne pas avoir assez profité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, ça pourrait être ma devise...(pour la plus grande incompréhension de ceux qui m'entourent...)

      Supprimer
  7. Je crois que je peux compter sur les doigts d'une seule main les fois où je me suis retrouvée absolument seule dans la maison. Et il me semble que ça n'est jamais arrivé une journée entière...
    Je sais tout faire avec mes enfants dans les pattes. Même passer la serpillère ! c'est juste une question d'organisation. Ne pas être dérangée par les enfants ça se monnaie : Je passe la serpillère, après, c'est promis, je vous raconte une histoire (par exemple).
    Il y a des moments dans la journée où les enfants savent qu'à moins d'un gros problème, ils n'ont pas intérêt à me déranger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du joli ! On monnaie ! Vous avez bien raison, ça marche très bien ! Mais prise dans le tourbillon des choses à faire, j'oublie souvent la monnaie...
      Et moi aussi je pratique le moment "ne me dérangez sous aucun pretexte" qui est bien ressourçant, c'est vrai !

      Supprimer

Vos commentaires sont les bienvenus ! Ils permettent de partager encore plus et de nous enrichir mutuellement, alors n'hésitez pas !