lundi 13 octobre 2014

C'était pour hier...

C'est pour ce genre de miracle que je n'ai aucun mal à me lever le matin pour aller bosser...(activité autonome, moyenne section)

Très inspirée par la lecture de ce billet  (merci Aramis), j'en profite pour vous donner des nouvelles de ma "douce " reprise de vie professionnelle à mi-temps depuis septembre dernier. Enfin...Payée depuis septembre dernier parce que le travail est bien là depuis la nomination en juin dernier...

Alors...A vous tous qui vous dites, l'enseignement, pourquoi pas moi ? Voici quelques éléments de réflexion avant de choisir ce métier.

Par quoi commencer...



  • Si tu n'aimes pas les enfants, passe ton chemin.
  • Si l'idée de chercher encore et encore (quitte à y passer toutes tes soirées, tes week-ends et d'en rêver la nuit) la meilleure solution pour aider un enfant à apprendre te rebute, fais autre chose.
  • Si tu penses qu'instit, c'est cool, une fois qu'on a trouvé la bonne méthode, c'est gagné, dis-toi, que, instit, c'est un peu comme "parent" comme métier. Si tu te crois arrivé, c'est que tu fonces droit dans le mur. Les enfants qui sont devant toi étant tous différents, ils t'obligent à remettre en cause très régulièrement ta manière d'enseigner. Si tu n'aimes pas te remettre en question, ça va être compliqué.
  • Si tu penses que ce billet a été rédigé parce que j'avais le temps, détrompe-toi...Je me suis réveillée en sursaut dans la nuit de samedi à dimanche parce que j'avais oublié d'intégrer les anniversaires d'octobre à ma préparation et je n'ai jamais réussi à me rendormir...(Aramis pourra témoigner, elle a reçu une réponse à un mail à 4h52 ce jour-là).
  • Si tu penses que finalement un bac plus 5 n'est absolument pas nécessaire pour enseigner à des maternelles, viens donc faire un tour dans mes progressions et dans les synthèses que je dois faire ! Je te les envoie quand tu veux !
  • Si tu penses qu'instit c'est génial, on a les vacances avec ses enfants, demande aux miens ce qu'ils en pensent...Pas plus tard qu'il y a quelques jours, l'Albatros m'a dit : "c'est pas drôle d'avoir une maman prof, elle travaille tout le temps, même en vacances...". Je m'étais amusée un  jour à retirer de mes vacances tous les jours travaillés, j'arrivais à 5 semaines de VRAIS congés par an. Comme n'importe quel salarié. La seule différence c'est qu'on peut faire du télé-travail pour la préparation. Pas besoin d'être physiquement sur mon lieu de travail pendant les "vacances". Là, comme tu me lis, je suis dans mon salon pendant que tout le monde ronfle (il est maintenant 5h34) et pendant les vacances, je serai à la campagne avec mon PC...pour bosser et essayer d'être un peu moins le nez dans le guidon. J'aurai juste changé d'air (c'est déjà ça !).
  • Si tu penses qu'à 16h30 c'est fini, ben non, ça commence. Et pourtant tu es arrivée à 7h30 ce matin ! Il reste encore les parents à rencontrer, toutes les activités à préparer, organiser, prévoir, le suivi de chaque élève à faire, la réunion à préparer, des cours de soutien à organiser...Toutes tes soirées de la semaine en perspective, voire peut-être même le mercredi après-midi, voire même ton week-end qui y passe. (En fait chaque minute disponible à la maison est prise pour ça, et je n'en vois jamais le bout !).
  • Si tu penses encore que les instits sont grassement payées pour ce qu'elles font, c'est que tu n'as pas bien lu les paragraphes précédents. Une femme de ménage est mieux payée que moi au bout de 15 ans de métier. Mieux vaut le savoir avant de choisir ce métier. La reconnaissance de ton travail, quelque soit ta conscience professionnelle et le temps passé, ne passe pas par l'argent.
  • Si tu as besoin d'avoir toujours le nec plus ultra pour travailler. Tu es au mauvais endroit. Système D, récup (demande à mon mari combien de cartons de "merdes" -je le cite- il a trimbalés lors du dernier déménagement ?) bidouille, sont des mots clés dans mon métier. "Comment faire des miracles avec rien ?" c'est un peu le principe de ton métier.
  • Mais si tu aimes par dessus tout voir les enfants apprendre, progresser, grandir, s'ouvrir, s'épanouir. Si tu aimes réfléchir pour mettre à leur disposition les conditions nécessaires à leurs apprentissages, si tu aimes être dans ce bain d'enfants (même morveux), si tu aimes faire un peu de théâtre, du sport, du chant, transmettre le plaisir de la lecture, des maths et de toutes les découvertes de la vie, réfléchir, chercher et chercher encore, trouver des solutions inédites à des situations qui sont chaque fois différentes, être en relation avec petits et grands, voir de tout, ne pas t'ennuyer une seule seconde...Alors ce job est pour toi ! (et c'est pour ça que je l'aime et que je ne pourrais pas en changer !)
Tout ça pour vous dire que je cours, je cours, je cours...Et pourtant je suis à mi-temps ! Ok, j'ai aussi 4 enfants à gérer au milieu de tout ça mais c'est un mi-temps qui ressemble plutôt à un plein temps pour l'instant. Toujours un truc que j'ai oublié de faire, un mail (en fait je pourrais mettre au pluriel) auquel je n'ai pas répondu, voire même que je n'ai pas eu le temps de lire. Les gens autour de moi doivent faire preuve de beaucoup d'indulgence à mon  égard ! J'ai l'impression de passer mon temps à demander des excuses pour ce manque de temps. Les journées filent, filent, filent et voilà déjà les "vacances" qui se profilent (à moi les progressions de novembre et décembre et la préparation de tout ce que je n'ai pas encore eu le temps de préparer, miam !).

Bon...je vous laisse, faut que je prépare les mots à coller dans les cahiers de Timothée, Clara et Mathilde pour les anniversaires de la semaine prochaine.
Bises

Et toutes mes pensées à Aramis, Camille, Alix et d'autres que j'ai oublié ! On va y arriver !

PS : En fait, je bossais toujours en vous écrivant ce billet, je préparais un entretien avec une vraie personne qui se demande si elle ne va pas se réorienter vers l'enseignement pour avoir plus de temps avec ses enfants. Je sens que je vais la convaincre ! (J'ai les bons arguments, non ?)

PPS : Je ne parle dans ce billet que de ce que je connais, à savoir les profs des écoles qui doivent effectuer, hors préparation, 24 heures par semaine devant élèves, plus 3 heures de "soutien, réunion pédagogique", ce qui nous fait 27 heures de présence qui n'incluent pas la préparation. Si je compte les heures passées à préparer, on approche plus des 50 heures que des 35 ! (Comme beaucoup de professions aujourd'hui). "On" sous-estime nettement le temps nécessaire pour faire un  travail correct. Je ne sais pas ce qu'il en est des profs de collèges et lycées.




4 commentaires:

  1. C'est un métier que je ne ferai pas, pas capable. J'ai toujours une grande admiration pour les instit' et prof de mes enfants. A quelques exceptions près (mais qui font du mal à l'image....), les enseignants sont des perles qui font un sacré boulot !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que ton métier n'est pas bien loin en terme d'investissement, non ? Encore un métier impossible mais exaltant !

      Supprimer
  2. Pffff ! Désolée, mais c'est typiquement le genre de billet qui m'énerve, (et celui d'Aramis encore plus).
    Et si on arrêtait de compter les points, les heures et le mérite de chacun, hein ?
    Parce que les médecins qui font des gardes, ceux qui travaillent en décalé, les militaires qui partent pour 6 mois (et leur femme qui gère seule pendant ce temps), les avocats qui préparent longuement leur plaidoirie, les... et les autres encore... Chacun trouvera que l'herbe est plus verte chez le voisin.
    Et si chacun, conscient d'être utile à la société, de travailler pour le bien commun, pour le bonheur de tous, de sa famille, de ses voisins, de ses concitoyens, de sa Patrie, faisait volontiers et du mieux qu'il peut son travail, apprenait "à être généreux, à travailler sans chercher le repos..."
    Allez je la mets ici, rien que pour le plaisir des oreilles : http://www.youtube.com/watch?v=ZMQdUZl5Fqw
    Peut être qu'alors, nous gagnerions non pas de l'argent, non pas la considération des autres, mais la joie profonde d'avoir fait son devoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai réussi à faire sortir la Bécasse de ses gonds !!!
      Alors, c'est drôle, parce que je ne pensais pas avoir mis dans mon billet ce que tu y as lu. Je ne sais pas par quel billet tu as commencé...Peut-être que cela a influencé ta lecture. Le billet en lien (qui n'est pas d'Aramis) était, à mon sens, plus corporatiste.
      Peu importe finalement.
      Mon intention était de répondre, comme je l'ai mis en fin de billet à toutes ces personnes qui me sont adressées car elles pensent trouver dans ce métier une orientation qui leur convient. Et quand j'entends en premier lieu le fait d'être avec ses enfants, et bien ça me fait doucement rigoler...J'ai pris le parti ici de répondre concrètement aux idées reçues sur le sujet, en aucun cas pour comparer ce métier aux autres (surtout que l'on pourrait écrire quasiment la même chose de tous les métiers "sociaux") mais plus pour dévoiler l'envers du décor. Toutes ces contraintes qu'il vaut mieux accepter pour se sentir à sa juste place. C'est valable pour beaucoup d'autres métiers mais finalement c'est souvent sur le métier d'enseignant que l'on entend des idées préconçues. Sans doute parce que l'on a souvent et longtemps affaire à eux.
      Loin de moi l'idée que l'on puisse trouver l'herbe plus verte ailleurs...mais rétablir la vérité sur le supposé pays de cocagne où tous les profs sirotent en se balançant dans leur hamac...
      Je ne porte pas de jugement sur ce métier ni sur les autres. Je constate juste la réalité des faits que l'on ignore souvent (c'est valable je le répète pour l'ensemble des professions, on a du mal à imaginer le quotidien des professions qui ne sont pas les nôtres). J'aime mon métier, mais je n'aime pas les idées fausses que l'on se fait à son sujet. Et je suis toujours admirative devant le travail réalisé par les enseignantes de mes enfants car j'imagine trèèèès facilement le temps qu'elles ont pu y passer et l'investissement demandé !

      Supprimer

Vos commentaires sont les bienvenus ! Ils permettent de partager encore plus et de nous enrichir mutuellement, alors n'hésitez pas !