mercredi 8 août 2012

Contagion


Attention ! Une épidémie mondiale est en train de se propager à une allure vertigineuse. L'O.M.B. (Organisation Mondiale du Bien-être) prévoit que des milliards de personnes seront contaminées dans les 10 ans à venir.

Voici les symptômes de cette maladie :


1.. Tendance à se laisser guider par son intuition personnelle plutôt que d'agir sous la pression des peurs, idées reçues et conditionnements du passé.
2.. Manque total d'intérêt pour juger les autres, se juger soi-même et s'intéresser à tout ce qui engendre des conflits.
3.. Perte complète de la capacité de se faire du souci (cela représente l'un des symptômes les plus graves).
4.. Plaisir constant d'apprécier les choses et les êtres tels qu'ils sont, ce qui entraîne une disparition de l'habitude de vouloir changer les autres.
5.. Désir intense de se transformer soi-même pour développer ses potentiels de santé, de créativité et d'amour.
6.. Attaques répétées de sourire, ce sourire qui dit "merci" et donne un sentiment d'unité et d'harmonie avec tout ce qui vit.
7.. Ouverture sans cesse croissante à l'esprit d'enfance, à la simplicité, au rire, au jeu et à la gaieté.

Si vous voulez continuer à vivre dans la peur, les conflits, la maladie et le conformisme, évitez tout contact avec des personnes présentant ces symptômes.

Cette maladie est extrêmement contagieuse. Si vous présentez déjà des symptômes, sachez que votre état est probablement irréversible. Les traitements médicaux chimiques peuvent faire disparaître momentanément quelques symptômes, mais ne peuvent s'opposer à la progression inéluctable du mal.

Aucun vaccin anti-bonheur n'existe.

Comme cette maladie du bonheur provoque une perte totale de la peur de mourir qui est le pilier central des croyances de la société matérialiste moderne, des troubles sociaux graves risquent de se produire, tels que grèves de l'esprit belliqueux, rassemblements de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, cercles de partage et de guérison, crises collectives de fou-rire.

Prévenez au plus vite tous vos amis afin qu'il puissent prendre toutes les mesures préventives nécessaires (aux effets malheureusement temporaires) :
- Lire le plus possible d'articles de presse à sensation.
- Ne jamais manquer le journal télévisé.
- Sélectionner dans son entourage les gens qui disent du mal d'autrui, qui imaginent toujours le pire, qui sont négatifs.
- Eviter tout projet novateur et enthousiasmant, toute initiative réjouissante, se concentrer sur l'accumulation de biens et d'argent ou le regret de ne pas en avoir assez plutôt que sur la jouissance de l'instant.
- Se concentrer sur les problèmes plutôt que leurs solutions, les soucis, les défauts des autres, tout ce qui ne va pas (les gens atteints de crise de bonheur semblent malheureusement devenir incapables de se faire du souci pour ce qu'ils n'ont pas le pouvoir de changer). Les ressasser le plus possible jusqu'à parvenir à des maladies de civilisation (mal au dos, problèmes digestifs, calculs, mal de tête, rhinites, etc.).
- Regretter, surtout ce que l'on ne peut pas réparer.
- Eviter les vacances, les lectures positives, les réunions entre amis, etc.

Faites passer !

4 commentaires:

  1. C'est incurable, z'êtes sure ???
    Je crois que je commence à présenter quelques symptômes, et je n'ai pas du tout l'intention d'essayer de me soigner !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, je ne compte pas me soigner...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. J'essaie en vain de refourguer le virus à certains membres de mon entourage, mais je ne dois pas être assez virulente encore.

      Supprimer

Vos commentaires sont les bienvenus ! Ils permettent de partager encore plus et de nous enrichir mutuellement, alors n'hésitez pas !