lundi 26 mai 2014

Bouton pause

Image trouvée ICI
Vous la connaissez sans doute cette fatigue. Celle de l'éternel recommencement, celle des cris dans les oreilles à toute heure, celle de la négociation pour faire ranger un malheureux pull, celle du manque de sommeil, celle des soucis que nous causent parfois nos adorables bambins, celle du manque de reconnaissance aussi devant tout ce travail invisible dont nous verrons peut-être un jour les fruits mais pas maintenant car ils ne sont pas mûrs.
Une fatigue qui éreinte, qui parfois nous fait sortir de nos gonds, faire des choses qui vont à l'encontre de nos principes ou de nos souhaits éducatifs...


Pourquoi aujourd'hui vous parler de fatigue ? Parce que nous sommes si promptes à juger ce que nous voyons faire par les autres que nous en oublions parfois que nous ne voyons qu'une petite partie de la situation de cette mère, de ce père qui vient de donner une fessée sous nos yeux ou de dire des choses affreuses à son enfant. Que parfois les évènements, les situations nous rendent vulnérables, peu créatifs voire franchement nuls malgré toute notre bonne volonté. Que parfois nous sommes à bout. A court de ressources. Et dans ce cas, toutes nos bonnes résolutions s'envolent. Nos émotions sont les plus fortes. Elles nous aveuglent, faussent notre perception et empêchent nos capacités de raisonnement d'arriver à régler ce à quoi nous devons faire face.

Pourquoi tout ce laïus ?

Pour arriver à ceci :




Parce qu'à certains moments, il vaut mieux s'arrêter, se trouver une porte de sortie pour reprendre ses esprits et se reconnecter avec son cerveau quand il peut à nouveau gérer toutes ces émotions.

Chez moi, les portes de sortie peuvent ressembler à une micro sieste pour reprendre des forces, écouter une musique que j'aime, me poser à l'écart sans rien faire et souffler, fermer la porte pour m'isoler, marcher jusqu'à ce que les idées se remettent en place. Et vous ? Elles ressemblent à quoi vos pauses salutaires ?

PS : Il arrive que les pauses salutaires ne soient pas suffisantes. Avoir la simplicité et l'humilité de se faire aider, d'en parler, de partager avec d'autres ses difficultés mais aussi ses réussites, cela peut être également une planche de salut. L'objet d'un prochain billet ?

Pour me rejoindre sur Facebook, c'est par ICI !


15 commentaires:

  1. rejoindre mon atelier couture ou bricolage et fermer la porte 5 minutes pour réfléchir à un prohjet, pour me projeter ailleurs l'espace d'un moment, sortir de cette "fatigue", me rappeler que si profonde qu'elle soit ca ne s'arrête pas là..... OU faire le tour du jardin, seule, surtout seule et passer la main le long des arbres, sur le pétale d'une fleurs, vérifier que l'épine du rosier pique toujours....

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressant ces explications de ce qui se passe au niveau du cerveau... Jusqu'à présent je n'ai quasiment jamais testé je crois ce recours aux pauses salutaires... même si j'avais déjà entendu ou lu ce conseil... Mais je crois que cette vidéo va être le petit coup de pouce pour m'en souvenir dans les moments de crises...! Merci pour ton message!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as peut-être pas eu besoin de faire des pauses jusqu'à maintenant ;-)

      Supprimer
  3. J’avais vu ce témoignage sur le burn-out des mamans et je l’avais trouvé très intelligent et éclairant.

    Cette explication imagée sur le cerveau est extra et vaut pour tous les rapports humains…
    Quand je sens que la moutarde me monte au nez, je coupe l’échange et je vais m’isoler jusqu’à reprendre forme humaine.
    Quand j’étais plus jeune (j’ai un caractère tellement colérique), je me jetais dans l’affrontement et alors là, bonjour les dégâts ! Comme quoi on peut évoluer dans la vie et s’assagir considérablement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage plein d'espérance !

      Supprimer
  4. ça me parle beaucoup tout ça en ce moment...un mari à l'étranger pour 3 mois...5 enfants dont la dernière a 2 mois et ne fait pas ses nuits...je suis épuisée..une porte de sortie pour moi c'est de mettre des boules quies notamment à table quand le numéro 3 passe sa vie à pousser des cris stridents qui me hérissent! c'est top les bouchons d'oreille, ça m'augmente mon seuil de tolérance et ça me calme vraiment intérieurement...je rentre un peu dans ma bulle et j'entends quand même les demandes de mes enfants...j'envisageais aussi le casque de bricolage anti-bruit...à tester et là les enfants le voient bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha ! Pas mal l'idée du casque de bricolage ! Je retiens !

      Supprimer
  5. je dois faire court car ma Couiny m'appelle ... Vraiment très intéressant le modèle du cerveau, ça va sans doute m'aider à prendre un peu de distance ! MERCI !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de prendre de la distance quand il manque tellement de sommeil...J'essaie d'envoyer des bonnes ondes à Couiny pour qu'elle te laisse te reposer suffisamment.

      Supprimer
  6. merci pour ce partage!!!peux tu faire suivre sur fb? pour que nous le partagions à notre tour?
    de mon cote je suis epuisee mais il y a des raisons qui ne sont pas que les cris.... mes rdv hebdomadaires chez le dentiste depuis decembre avec un vide physique qui s'en suit chaque fois tellement je prends sur moi, du coup un vide ds le budget familial donc fatigue nerveuse de savoir comment va se terminer le mois, le stress de ne pas savoir où je vais en septembre pour bosser.... bref plein de petits trucs qui font que je suis épuisée et que ce ne sont pas mes enfants qui finalement après un we entre amis m'ont paru vraiment top!!! ca fait du bien de voir les enfants de autres faire des caprices, des coleres, des disputes... alors qu'on les imaginait parfaits avec des parents parfaits!!! merci les amis pour vos imperfections!!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hummm, je crois qu'un coup de fil a une amie s'impose !
      En ce moment, les miens m'en font voir de toutes les couleurs, on est loin loin loin de la perfection...

      Supprimer
  7. Ma Cam, je pense à toi. Jtbf

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bcp l'explication sur le fonctionnement de notre cerveau. Il ne reste plus qu'à trouver de quelle manière faire la fameuse pause : quelle attitude, quels mots si mots... ?... Je lis doucement Jane Nelsen... J'aurai certainement des réponses. Merci ;-)

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les bienvenus ! Ils permettent de partager encore plus et de nous enrichir mutuellement, alors n'hésitez pas !