vendredi 8 novembre 2013

Quelques précisions à pas de fourmi


Pour commencer, je vais remercier Galéa, Le Bonheur du Jour, Bibiche et Marick  pour leurs remarques tout à fait intéressantes sur ce billet.  Je pense que certains sous-marins se sont faits le même genre de réflexion (vous pouvez vous exprimer dans les commentaires, c'est fait pour ça !).  Ce billet est totalement inspiré par leurs réflexions :
"oserai-je dire que je ne lis jamais ce type de livres parce que je n'arrive pas à appliquer les recettes qui sont mises dedans?"
"C'est l'éducation parfaite, ça : fermeté et bienveillance. Mais a-t-on le courage d'être toujours ferme ? Le soir, en hiver, quand il pleut, que le dîner n'est pas prêt.... J'admire les gens qui écrivent ce genre de livres. Je voudrais vivre dans leur monde."
"je rejoins aussi Bonheur du jour... il faut parfois du courage et l'envie. Mais comme je crois que toute piste est bonne à prendre et qu'il n'y a pas de recette miracle (mais chacun sa tambouille maison), je crois que je vais le lire aussi !"
"J'étais à deux doigts d'acheter dans la même veine "apprendre autrement avec la pédagogie positive" et "100 façons de se faire obéir" et puis franchement j'ai renoncé, j'en ai déjà un paquet à finir, tous pleins de bons conseils que dans les moments les plus chauds je ne suis pas ... Du coup, j'essaie de faire preuve de bon sens et d'être en accord avec mes propres principes et j'achète des livres qui me portent ailleurs, ça fait beaucoup de bien aussi ;-)"

Est-ce que, grâce à mes lectures, ma vie familiale est parfaite ? NON évidemment.

Comme chez tout le monde, parfois ça marche, parfois ça ne marche pas. Il y a des journées paradisiaques, des journées mi-figues mi-raisin, et des journées en enfer. J'essaie autant que je peux de vous montrer que je pars d'une situation catastrophique (que j'estime comme telle) pour aller vers un mieux (pas un monde parfait).

Quelques précisions s'imposent donc sur MA manière d'utiliser ces ressources que sont les livres mais aussi les sites internets sur le sujet (que vous pouvez retrouver en lien sur ce blog pour certains) et les formations que je peux suivre par ailleurs.

Tout d'abord, J'ai une motivation personnelle assez forte (c'est un euphémisme) pour essayer d'améliorer l'existant -quand ça me semble à ma portée-. Je suis faite comme ça, je n'y peux rien, c'est dans mes gènes sans doute et mon métier d'enseignante me voue à la recherche permanente de l'amélioration. Donc déformation personnelle, professionnelle (ça fait du lourd déjà...). "Aide toi, le ciel t'aidera " pourrait être l'une de mes devises.

Ensuite, en tant que mère et avec certains de mes enfants (certaines d'entre-vous savent pourquoi), le bon sens ne suffit pas, l'éducation "traditionnelle" non plus. C'est au pied du mur qu'on le voit le mieux. Je suis souvent au pied du mur. D'une certaine manière, je n'ai pas d'autre choix que de trouver des solutions. Et vite, sinon ça devient franchement invivable. Le mode survie, ça tient quelques temps, mais on s'épuise à la longue.

Alors je cherche, je lis, je m'inspire, je ne m'en sers pas tout de suite, je m'imprègne, j'oublie ce que j'ai lu, je lis autre chose et pendant ce temps mon cerveau engrange quand même, il cogite quand je dors (comme ça je suis tranquille, mes dossiers sont traités) et je ne fais rien de toutes ces informations, ces idées, ces astuces. Strictement rien. Je vis ma vie. Imparfaite. La vie quoi. Pleine de cris, de maladresses, d'erreurs franchement stupides, d'attitudes qu'on aurait jamais dû avoir, de mots qu'on aurait pu garder en nous, d'incompréhensions...Mais aussi pleine de surprises, d'émerveillements, d'aptitudes insoupçonnables, de temps qui passe et finalement calme le jeu, de petits bonheurs à saisir tout de suite (OUF).

Sauf ....Sauf que j'ai semé. Des toutes petites graines, minuscules microscopiques,  elles ont fait des croisements entre elles, elles sont aller chercher du bout de leurs feuilles les baobabs plantés-là depuis si longtemps - l'existant, la matière première, le "pas très reluisant", le grand n'importe quoi, ce qui pousse au pied du mur.

Et quand je suis au pied du mur, ces petites graines rejaillissent, de manière hésitante d'abord. Coincée dans mes certitudes, je n'ai pas franchement envie de les voir. Et puis l'idée fait son chemin. Une toute petite idée de rien du tout. Une petite idée qui finalement me semble à ma portée. Si l'on se rapporte à l'idée initiale, l'astuce lue dans le livre, l'application est la mienne, qui ne correspond sans doute qu'à ma famille, mes enfants, mes choix de vie. Pas une grande révolution, juste un petit détail. Parfois j'aimerais bien tout pouvoir changer d'un coup de baguette magique mais ce n'est pas possible. La réalité est là, complexe, beaucoup plus complexe que dans les livres.

Alors je ne change qu'un infime détail. Je me donne des tout petits objectifs atteignables (d'ailleurs ce site m'aide beaucoup, spécialiste en micro-objectifs, c'est parfait pour moi). Comme je ne suis pas si ingrate, je me souviens d'où vient la graine et je vous le partage alors.

Je progresse à coup de petites graines, de tout petits pas de fourmis. A chaque fois que j'aperçois le mur se dresser devant moi, je fais un petit pas supplémentaire. Un pas en entraînant un autre et jouant à "saute-mur" régulièrement, ça commence à me faire un certain nombre de ressources. Pas toutes exploitées si vous avez bien suivi. Mais comme je commence à avoir une petite idée de ma planche de salut, maintenant je cherche souvent dans la même direction et petit à petit les choses s'améliorent. C'est long, c'est lent, ça demande de la patience, de la volonté, mais on en récolte les fruits, et ça, ça n'a pas de prix.

J'espère que ces explications seront suffisamment compréhensibles,
Je vous laisse, je suis en cours d'imprégnation...Le nez dans le guidon.

Petit à petit, l'oiseau fait son nid.


14 commentaires:

  1. C'est d'actualité ! Je viens de réécouter une émission du "téléphone sonne" diffusée sur France Inter mardi soir (05/11/13). Thème : Aide à la parentalité. Elle est disponible sur le site de la radio. La ministre déléguée à la famille (qui intervenait entre autres parmi lesquels des responsables d'associations) a annoncé que le budget de soutien à la parentalité serait doublé (soutenir financièrement les collectivités et les associations) ! Affaire à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je bosse aussi sur le sujet avec la mairie de ma ville....Il y a de quoi faire !

      Supprimer
  2. Merci pour ce témoignage parce que ça donne du courage... moi aussi j'aimerais changer la vie de famille, je l'imagine sans cris, sans enfers etc... et j'essaie petit à petit de changer des micro truc qui rendent chaque jour plus vivable et plus agréable... pas de fourmis vous l'avez dit!

    RépondreSupprimer
  3. (D'abord sorry pour le "touteS pisteS est bonne"... la honte !)
    Imprégnation.... je crois que ton mot résume bien mon idée de "faire sa tambouille", c'est regarder ailleurs, s'approprier ce qui peut l'être ou nous correspond, être à l'écoute d'une autre voie. Bien sûr que tout n'est pas applicable au pied de la lettre et souvent même pas d'un enfant à l'autre. mais c'est ca, avoir des pistes, d'autres pistes... un choix, une idée... Merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai corrigé les "pistes".Imprégnation, tambouille, même combat ! Mais comme je n'ai pas la science infuse, impossible de créer, d'innover à partir de rien. La pluralité des sources me permet de faire un choix plus approprié. Merci pour tes deux commentaires !

      Supprimer
  4. à tout de suite, je voudrais dire plein de choses mais j'ai Zéro temps. ( et zéro recul)
    Alors, juste merci pour cet article.
    Je m'en retourne à mon imprégnation. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu reviendras me faire part de tes pensées ?

      Supprimer
  5. Quoique j'en dise, je suis comme toi je pense et je prends très régulièrement appui sur pas mal de lectures (ou d'émissions pendant lesquelles je prends même des notes, de liens que je trouve sur ton blog (dont un qui m'avait particulièrement touché) etc ...), plus ou moins compliquées et faciles à mettre en oeuvre... Mais j'avoue qu'en ce moment, "la dépense littéraire" est à l'évasion ;-) c'est surtout ça ! bon mais comme on ne se refait pas, j'ai reçu aujourd'hui une récente commande, d'une énième petite méthode "la fabuleuse méthode de lecture du professeur tagada" ...sur ce bon we !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dépense littéraire...Vaste sujet. Depuis peu, je fais partie d'une bibliothèque de copines, ça permet de limiter la casse !

      Supprimer
  6. La vie de famille est une science inexacte que l'on gère avec des méthodes inexactes. On essaye juste de faire de mieux en mieux et de se dire qu'entre le célibat et la famille, le choix de la famille est le meilleur, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais plutôt que ce sont deux choix différents (quand il s'agit de choix). Je ne mets pas de hiérarchie entre les deux. Qui sait, céllibataire, j'aurai apporté une autre pierre à l'édifice de la société, une pierre tout aussi utile que celle que j'apporte en ce moment.

      Supprimer
  7. Quand les enfants étaient plus petits, j'ai fait parti des Chantiers Education (via les AFC) et cela m'a été d'une grande aide ; j'ai ensuite arrêté car j'étais un peu en décalage par rapport aux autres (mes enfants étaient plus grands, et donc les problèmes rencontrés n'étaient pas les mêmes). Rien ne vaut le partage, car chacune apporte sa petite pierre, et outre le fait qu'on se sent rassurée de ne pas être seule, on peut tenter plusieurs trucs ! Les chantiers existent un peu partout en France, peut être en trouverais-tu un près de chez toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te réponds en MP, mais vivent les chantiers ! Une démarche très intéressante pour se rassurer sur ses compétences et progresser dans le dur métier de parent.

      Supprimer

Vos commentaires sont les bienvenus ! Ils permettent de partager encore plus et de nous enrichir mutuellement, alors n'hésitez pas !